21/10/2014

Une femme simple

 

 

Cedric Morgan « Une femme simple » Ed. Grasset

 

 

Une femme d’envergure… physique ! Un lieu… la Bretagne… la mer, les embruns, la terre et les nourritures sensuelles piquées au hasard d’une rencontre et la vie du quotidien avec ce petit plus qui fait la différence. Cédric Morgan imagine une vie de femme à partir de trois fois rien… et il fait un beau roman, bien écrit, dans un joli français, riche sans ostentation. Un régal de lecture.   

19/10/2014

l'art lardé !

 

Je dois avouer que je n'ai pas du tout reconnu cet objet installé place Vendôme, comme un sextoy. j'ai plutôt pensé à un motif architectural....

 

Paris : sur la place Vendôme, l'œuvre d'art évoquant un sextoy crée le scandale

 

 

... Bon, il est vrai que cela s'appelle un "gland" 

 

 

 

En revanche, maintenant qu'il a été "dégonflé par des inconnus" ça me fait vivement penser à un préservatif usagé !!!!

 

L'oeuvre de l'artiste américain Paul McCarthy à terre après avoir été dégonflée le 18 octobre 2014 place Vendôme à Paris

 

 

 

 

18/10/2014

questionnaire...

Si vous pouviez immédiatement développer une qualité en particulier, laquelle serait-ce ?

 

Il faut que je réponde sans réfléchir ? à brûle-pourpoint ? il faut laisser quelques secondes à mon cerveau, tout de même ! Je piétine… Une qualité vite, maintenant, à l’instant …  un truc, un machin que je ne regretterai pas  d’avoir cité en lieu et place d’une autre plus adaptée, intéressante, à portée de main…. Voyez comme je prends au sérieux ce questionnaire…Trouvé ! et je trouve que c’est une excellente qualité : avoir le don des langues ! Apprendre en moins de temps qu’il le faut, l’italien l’espagnol , le chinois, le japonais, le russe, langue morte, ancienne, régionale, locale, oubliée… Bref, détruire les frontières par la seule parole…..

 

Vous espériez une qualité plus  humaine, plus profonde, plus altruiste ? !!! 

 

Vous préciserez la prochaine fois ! 

17/10/2014

Franz-Olivier Gisbert : L’animal est une personne – Ed. Fayard

Franz-Olivier Gisbert : L’animal est une personne – Ed. Fayard

 

 

L’écrivain s’insurge contre le traitement fait à l’animal, notamment à l’abattoir et d’autant plus quand il est soumis à la religion : halal ou casher. Franz-Olivier Gisbert séduit avec son franc-parler et son amour spontané pour les bêtes de toutes sortes. Il revendique le droit à l’animal d’être respecté en toute situation…

 

 

Comme il a raison… mais je pense qu’il faut aller plus loin. Il est temps pour les gens civilisés de se faire végétarien. Nous savons désormais où trouver vitamines et protéines sans avoir à piocher dans un pauvre animal, comme des cannibales. Et pour éviter le halal ou le casher (dont les procédures d’abatage sont très critiquables)   rien de mieux que d’interdire la viande dans les écoles. Ce serait une bonne leçon pour les enfants et une bonne entrée en la matière : le respect de l’autre, animal compris.

12/10/2014

Bruno Le Maire -A nos enfants- Ed. Gallimard

 

 

 

Ancien ministre de l’agriculture, Bruno Le Maire écrit souvent des livres politiques, qui mettent quelque peu en scène pour des seconds et autres rôles, les membres de sa famille proche.

 

Il a très certainement un don pour l’écriture ou en tout cas, c’est surement l’un de ses points forts.

 

 

"...et quand elle ne trouve plus de place où se loger, (l'écriture), elle grimpe le long des marges, avec la voracité du lierre."

 

joli Non ?

 

 

C’est donc avec curiosité que j’ai lu son dernier ouvrage –à nos enfants » où il vante les mérites de la langue française à ses rejetons.

 

Je dois dire que je suis restée un peu en dehors de son histoire tout en la lisant avec un intérêt  qui m’étonne moi-même car d'habitude, je suis moins patiente avec les textes des politiciens. Et d'autant plus que l'auteur donne l'impression de chanter la Marseillaise à chaque page. c'est d'un lyrique ridicule que j'ai bien du mal à accepter ! ça me rappelle les dîner de famille où à la fin, le maître de maison chante une chanson d'amour comme s'il en était l'auteur et de manière à faire plus que sourire son auditoire.

 

Dans la seconde moitié du livre, je me suis tout de même demandée où il voulait concrètement en venir !!! ça sentait la ligne brisée qui va du coq à l'âne.. un peu de ceci, un peu de cela.... ça fini par sonner creux.  

 

C'est à l’avant dernière page, que j’ai compris que Bruno Le Maire a quelque chose de "vieux crouton" en lui !  Il est ringard, c'est plus fort que lui. Je ne sais pas d'où ça vient !

 

Même physiquement, il a l’air coincé. Il est bel homme pourtant… mais ça ne me  touche pas ! Il n’a pas l’air con non plus… et pourtant, ce qu’il dit ne résonne pas franchement dans mes oreilles  ! j'ai a l’impression que tout en lui est superficiel…  ou presque.

 

 

 

 

 

10/10/2014

Eliette Abécassis - Un secret du docteur Freud - Ed. Flammarion

 

 

Enfin, voilà pas mal de temps que je n’avais pas lu un livre jusqu’à la fin, avec intérêt ! Et cela fait du bien.

 

Il faut dire que je suis bon public dès lors que l’on me parle de Freud, et d’autant plus qu’il y avait un secret à découvrir à son sujet, même si, disons-le tout net,  il n’y a pas de grandes révélations !

 

Mais, c’est un livre, un roman fait pour être lu, intelligent ma non troppo, une histoire vraie romancée ad libitum très raisonnablement… et  tant que j’y suis, restons latins avec : ad impossibila nemo tenetur (A l’impossible nul n’est tenu) Qui atteint son but : C’est agréable à lire, c’est déjà ça.

 

et si j'en juge les commentaires lus ici et là, les nouvelles générations devraient découvrir joliment Freud grâce à Eliette Abécassis.

 

Pour ma part, ma haute culture (je dis c’que je veux !) n’a pas gagné de nouvelles informations dans ce domaine…. Mais… mais…. Mais l’envie d’aller voir plus près la correspondance de Freud avec untel et autre et en particulier Wihelm Fliess m’a prise et ne me lâchera pas.

 

Je tiens Freud pour l’un de mes pères spirituels avec Gandhi et Flaubert (Si vous saviez combien je suis éclectique !), alors, je suis bien contente quand le fil de mes lectures creuse sa toile dans mon cerveau et donne à l’araignée que je suis  les nourritures spirituelles qui l’aident à bien vieillir !

 

Sagesse et curiosité sont les plats qui m’empêcheront de mourir !

18:06 | Tags : abécassis | Commentaires (0)

05/10/2014

231

Il ne se passe pas une minute sans que Parkinson n’agisse en moi. Cela est sans doute aussi oppressant que le malaise qui en découle. Parfois, je me dis qu’il doit y avoir un truc, un machin, une recette pour apaiser l’ensemble… et je m’en veux de ne pas le trouver ! Il ne reste que la possibilité de regarder d’en haut la chose…. Avant le grand plongeon !

 

 

 

Patrick Grainville « Bison » ed. Seuil

 

Une histoire d’indiens et un peintre. Le vrai se mêle au faux. Hélas, les noms des personnages : Aigle Rouge, Tonnerre riant etc … finissent par dévorer le texte par une présence qui ne m’est pas habituelle. Ensemble trop énumératif !!!!

 

 

Matinée

 

 

J’ai fait un petit tour du côté de la foire à tout d’Ecouis. Une, deux stands et j’étais déjà lasse de voir tous ces bibelots sans intérêt. Je me suis reposée à l’église. Je n’ai rien compris à ce que marmonnait le prêtre… assez connu paraît-il ! Il m’est venu à l’esprit que je devrais me retirer du monde…  de la chaise de l’église, je suis allée m’assoir sur une marche du parvis. En vérité, j’espérais une hallucination divine. Et puis rien… bon, tant pis…. Ça sera pour la prochaine. J’ai recommencé à filmer des petites vidéos de 16 secondes… je ne sais pas ce que je vais en faire.

17:20 | Tags : graiville, ecouis | Commentaires (0)