Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/12/2014

dire ou pas

3 2 1 le micro enregistre

voyons ce qu'il comprend !

dire
écrire
partir
se souvenir
maudire
se transformer
sortir
alarme
fruits
tourisme
blafard
question
je ne sais pas
coin
non croire
passoire
souffle
Camille
non permise
non terminé
enfin

03/12/2014

Fenêtres sur...

kiiol.JPG

02/12/2014

publication 3


01/12/2014

la maison des autres...

 

 

4.JPG

2.JPG

1.JPG

30/11/2014

Petites photos...

 

Quelque part en Normandie

 

 

P1018954.JPG

 Un cimetiere de l' art

 

 

 

Premiere image de Noel.

 

noel.JPG

28/11/2014

la vie, c'est du cinéma !

UMP demain, résultats : qui en sera élu le président ?

 

Il y a peu de chance que cela ne soit pas Sarkosy…. La prestation de l’ancien président ne devrait pourtant pas être en sa faveur…. Mais vu par le prisme de la presse, c’est lui qui impose une présence sur tous les fronts, derrière chaque caméra, à la pointe de chaque votant.

Au demeurant, je m’en fiche, ce n’est pas mon parti…. Mais tout de même, je me pique au jeu de la curiosité et pour conjurer le mauvais sort, j’ai parié 50 euros que Le Maire serait élu.

Le bon côté de la chose, c’est l’implosion de l’UMP si Sarko est élu. Oui, j’ai vu ça dans ma boule de cristal et je ne me trompe pas trop souvent. La grenouille va vouloir grandir, grandir, grandir….

 

 

 

Film « La prochaine fois, je viserai le cœur. » avec Guillaume Canet.

Disons le tout net comme ça c’est dit, le comédien y est parfait. Il émane de lui une froideur qui lui ôte tout charme, ce qui convient parfaitement à son rôle. Un gendarme enquête sur un meurtrier en série qui n’est que lui-même. Guillaume Canet est le gendarme. Hélas, le film a fait le même travail que le comédien. Il est froid mais cela ne lui va pas très bien. Le rythme n’y est pas trop mauvais…. Mais certaines scènes  moins chargées de noirceur, auraient gagné à être rehaussées dans leurs lumières et leurs jeux, ne serait-ce que pour attirer l’attention du spectateur sur la dualité forcément contraignante du personnage : bousculé qu’il est entre sa place dans la société, valorisante, et celle qui l’en éloigne. Résultat, un film plutôt bon… mais pas autant que ça ! 

25/11/2014

Il est 7 heures...

mot.JPG