compteur blog

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/06/2015

comment croire

 

Je passe la moitié de mon temps à penser la maladie....

Je ne crois pas qu'il soit possible d'en faire abstraction

pourtant dans les moments calmes

m'attirent d'autres pensées.

et puis le cycle revient

quand commence la fin 

 

301.JPG

17/06/2015

trop bourgeois !

Château du Louis Philippe à Eu en Seine-Maritime.

 piece.JPG

 

 

 

A éviter… Préférer Vaux le Vicomte, Malmaison ou Versailles…  

16/06/2015

avant après

 

moi2.JPG

 

oh, comme c'était tristounet !

 

allez hop, remplacer la moquette par une peinture, décorer d'un motif sympa les plinthes, et voilà qui fait plus" sophistiqué" tout de même !

moi.JPG

 

 

 

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

 

 

 

 

 

Julie Otsuka : « Certaines n’avaient jamais vu la mer. / ed. Phébus

 

Beau texte. Une suite de faits, une longue litanie d’actes qui en disent plus long qu’un abreuvoir d’explications. Une période méconnue ! Celle de l’ouverture du Japon à l’étranger et surtout du Japonais en terre américaine. Exilées. Ce n’est pas un cours d’histoire, mais une fenêtre qui laisse passer la Femme. Celle qui espère et qui souffre. Elles sont toutes pareilles et en même temps si différentes. Le « nous » englobe moi et son contraire. Beaucoup de douceur dans l’écriture, sans effet de manche, mais au style efficace. 

15/06/2015

La couleur nous serait fatale.

Quand le visage de l’autre, son coeur, sa présence

Me sont tourments

Il me dit « couvre-toi »

Je réponds « c’est bien moi… le mal et le bien qui te défoncent »

Quand mon âme, s’accroche à ta langue, quelle folie

Quelle violence

Que de cacher mon corps afin qu’il soit méfiance.

Quand je souris de mon voile,

ma pudeur n’a d’égale

que le noir d’une étoile

d’un paradis de lin et de gris..

La couleur nous serait fatale.

 

.

04/06/2015

chant de ruine

Qu’elle est belle, l’attention que l’on accorde aux choses de la vie.

Une nuit, ou plutôt à l’aube naissante d’un jour passé, le ciel était vert.                                    

Pas même le temps d’immortaliser qu’il avait disparu.

N'était-ce qu’un rêve ?

Je n’ai pas de préférence : j’aime autant la nuit que l’automne, le mois de juillet ou l’année de mes 20 ans.

Mais j’ai un faible pour le sourire d’un enfant, les larmes d’une femme, l’introspection d’un homme.

Et je m’étonne sans cesse des blessures que chacun s’afflige, croyant se faire du bien.

 

Et j’aspire à la sagesse, où les besoins sont purs et réduits à trois fois rien… chaque fois que je tombe dans l’excès inverse. 

03/06/2015

l'origine du monde

envoyez-moi VOTRE origine du monde !

technique au choix

(Origine du monde : par Gustave Courbet / 1866 / actuellement au Musée d'Orsay)

accompagnée du commentaire qui vous convient .

(précisez votre âge)

Si j'en obtiens deux centaines, je les fais publier dans un recueil.

anonymat assuré !

 

Origin-of-the-World.jpg

 

 

valable jusqu'à fin jjuin.

31/05/2015

Je suis arrivée..

LE conquet ! Rien de bien excitant.

sauf ...

 

 

Découverte  d"une plante gigantesque... avec des feuilles au diametre, au minimum, 1m50 ! Une plante exotique surement. Je n avais jamais rien vu de tel. 

 

pourtant....j avais  passé la journée à visiter, un jardin.... si beau.... de plantes venues de loin.

 

 

IMG_20150531_215314.jpg

 

"Jardin extraordinaire" de Roscoff

 

j'y ai prélevé quelques tiges, feuilles, graines....

 

 

IMAG0069.jpg

...... '

J'ai semé, planté et bouturé

j'ai bon espoir que tout cela va se multiplier!